Bienvenue sur le site de présentation du projet PARCOURS

PAtrimoine culturel et Restauration-Conservation : Ontologie pour l’Usage d’un Référentiel commun aux différentes Sources de données

Le projet PARCOURS, mené sous l’égide du laboratoire d’excellence PATRIMA de la Fondation des sciences du patrimoine, se situe dans le contexte de la mise en place d’un système d’information pour les sciences du patrimoine, orienté vers les données de conservation-restauration, qui intègre les sources de données sur ce thème développées dans les laboratoires de conservation partenaires de PATRIMA, ainsi que les données d’analyse produites par la plateforme PATRIMEX.
Le projet PARCOURS est une ontologie d’application dont l’objectif est de fournir un point de référence commun qui faciliterait le partage d’information entre les différents acteurs de la conservation-restauration. Cet échange d’information peut en effet favoriser une meilleure prise de décision et des interventions plus appropriées.


Pour offrir aux acteurs de la conservation-restauration des moyens adaptés leur permettant de trouver leurs données communes, d’y accéder, de les récupérer et de les relier entre elles, le but est de s’appuyer sur le web sémantique et l’intégration des données. Ces deux technologies offrent, de nos jours, des solutions adaptées pour rendre interopérables des données hétérogènes issues de sources diverses. La démarche retenue pour rendre interopérables les données de conservation-restauration se résume en deux étapes majeures.
La première consiste en une phase de modélisation conceptuelle afin de décrire et de comprendre la sémantique des données produites lors d’un processus de conservation-restauration. Le résultat de cette modélisation est la conception d’une ontologie capable d’offrir un cadre consensuel de représentation formelle des données de conservation-restauration.
Dans la deuxième phase, cette ontologie est mise en œuvre dans un système d’intégration de données. Ce dernier est une infrastructure construite pour interroger simultanément différentes données de conservation-restauration sans se soucier de la structure des données interrogées, ni de leurs sources de provenance et encore moins de la façon précise dont les requêtes sont construites.
La construction de cette ontologie pour les données de conservation-restauration a suivi quatre phases principales : acquisition de connaissances ; analyse ; conceptualisation ; évaluation et validation. Après une étape d’acquisition des connaissances auprès d’experts du domaine, notamment des conservateurs, des restaurateurs et des scientifiques travaillant dans différents pôles, une phase d’analyse des informations recueillies a permis de mesurer le degré de complexité du flux de connaissances engendrées par un processus de conservation-restauration (multidisciplinarité, volumétrie, hétérogénéité, etc.). Les meilleures approches en terme de méthodologie ont été ensuite adoptées pour réaliser efficacement la phase de conceptualisation, en s’appuyant notamment sur des ressources ontologiques existantes.
Le premier composant de cette architecture est constitué par le CIDOC CRM. Cette ontologie dispose déjà d’un consensus portant sur la modélisation de connaissances du patrimoine : nous nous appuyons sur ce fait pour construire une conceptualisation spécifique au domaine de la conservation-restauration. L’élaboration et la structuration de cette conceptualisation seront portées par les ontologies CRMsci et CRMcr (nom provisoire pour la partie PARCOURS). Ces deux composants constituent le cœur de l’architecture. Nous réutilisons CRMsci, qui est déjà une extension de CIDOC, pour décrire les connaissances relatives aux mesures scientifiques observées dans le processus de conservation-restauration ; CRMcr sera également construit en le rendant compatible avec le CIDOC, pour modéliser les concepts de base du domaine, ainsi que tout le processus qui mène à la conservation et à la restauration des objets du patrimoine. Ces trois ontologies définiront par ailleurs des relations caractéristiques qui permettront l’utilisation des thésaurus dans l’architecture.
Le travail conceptuel mené en s’appuyant sur cette architecture de construction a abouti à la définition d’un modèle factuel et multidimensionnel. Ce modèle « voit » le bien culturel comme le centre de gravité des données de conservation-restauration et articule le flux de connaissances engendrées par un processus de conservation-restauration autour des événements qui se produisent dans la vie de ce bien. Il permet en outre de situer le déroulement de ces événements dans un contexte spatio-temporel et propose des relations qui leur permettent d’interagir.

Plus concrètement, telle qu’elle est articulée, l’ontologie PARCOURS permet de décrire :

  • les interactions entre les informations qui se dégagent d’un bien culturel (typologie, forme, dimensions, constitution matérielle, localisation, état de conservation, etc.) ;
  • des connaissances (origine, nature, facteur), des phénomènes naturels ou pas (altération, dégradation, vieillissement) qui affectent ce bien à un moment donné ;
  • les connaissances et informations que peuvent fournir les études scientifiques (diagnostic, analyse, prélèvement d’échantillons, etc.) menées sur le bien ;
  • les moyens matériels (instruments d’analyse, de diagnostic, de prélèvement d’échantillons, etc.) mis en oeuvre ;
  • des informations sur les types d’intervention (conservation, restauration, conservation préventive, etc.) entrepris sur le bien ;
  • les connaissances sur les différents acteurs (conservateurs, restaurateurs, scientifiques, etc.) qui interviennent durant tout ce processus de conservation-restauration.

L’architecture prévue dans PARCOURS ne vise pas la centralisation des données dans une seule base, mais l’intégration distribuée des sources d’information du patrimoine orientées vers les données de conservation-restauration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.